Le Biohacking, de quoi s’agit-il ?

Le Biohacking, ou biologie participative, est une nouvelle pratique destinée à améliorer la santé et la longévité des personnes qui l’utilise. Cette tendance nous vient des Etats-Unis et connait un succès grandissant.

Elle consiste à utiliser la nature et la physiologie humaine pour augmenter ses performances physiques ou psychologiques, améliorer son immunité innée ou guérir d’une maladie.

Plusieurs raisons motivent le recours au Biohacking

  • L’immobilisme des professionnels de santé
  • Le sentiment de supériorité de certains médecins
  • La spécialisation à tout va,
  • Le recours systématique (et abusif)aux médicaments ou à la chirurgie en première intention
  • L’idéologie dominante de l’urgence
  • L’impuissance à trouver des solutions viables aux maladies de civilisations qui explosent partout dans le monde (Daibète de Type 2, Alzheimer, Cancers, Maladies cardio-vasculaires…)

Certaines personnes ont commencé à s’intéresser de près à la médecine occientale (Anatomie, physiologie, immunologie, thermorégulation, biomécanique…) et orientale (méditation, respiration, psychée…) mais aussi à la Paleo-anthropologie et à la phytothérapie afin de trouver des solutions transverses et multifactorielles, adaptées à leur condition de santé. Le biohacking est né de cette mouvance animée par les Biohackeurs.

Cette communauté s’est structurée et s’est développé autours d’un noyau dur dont le chef de file se nomme Dave Asprey. Fondateur de Bulletproof 360, Inc. et Créateur de la Bulletproof Diet et du célèbre Bulletproof Coffee (ou café pare-balles), Dave n’a eu de cesse d’explorer l’incroyable potentiel d’optimisatione et de regénération du corps humain pour améliorer sa santé pour laquelle, la médecine traditionnelle ne pouvait plus rien.

Dave Asprey - Biohacking
Dave Asprey, le patron du Biohacking

Il est l’exemple vivant du pouvoir de Biohacking dans le traitement de certaines pathologies et de l’amélioration durable de la santé et de la longévité.

Ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort

Avez-vous déjà entendu parler de l’hormèse ? Ce terme, du grec hórmēsis signifiant “mouvement rapide d’impatience”, désigne une réponse de stimulation des défenses biologiques, généralement favorable, à des expositions de faibles doses de toxines ou d’autres agents ou phénomènes générateurs de stress. La science étudie ce phénomène physiologique depuis longtemps.

Grâce à ce mécanisme inné en chacun de nous, certaines toxines ou pathogènes peuvent avoir, en fonction de la dose reçue, un effet bénéfique pour l’organisme en le renforçant ou en stimulant son immunité. On parle alors d’agent hormétique. C’est sur cette même base que reposent l’homéopathie et…le vaccin. C’est aussi par ce principe que se sont développées les super-bactéries résistantes aux antibiotiques.

A notre époque moderne, nous sommes de moins en moins confrontés aux agents hormétiques. Le simple fait de se laver les mains 6 fois par jour, de se doucher chaque jour ou de ne jamais s’exposer au froid bloque la possibilité à l’organisme de se renforcer. Il s’agit d’un pan soutenu et étuidé par la médecine évolutionniste.

Les Biohackers utilisent l’hormèse pour optimiser la capacité du corps à s’immuniser contre certains pathogènes, bactéries ou virus. Mais également pour freiner les effets du temps.

En s’exposant complètement et régulièrement à la lumière solaire, en s’exposant au froid intense ou aux chaleurs extrêmes, en utilisant la respiration contrôlée, en consommant des probiotiques… nous faisons du biohacking.

Le Biohacking est-il pour vous ?

Quelques soit votre état de santé, le Biohacking est donc en mesure de vous apporter certaines réponses.

Longévité

Un objectif central du Biohacking. L’optimisation de votre longévité.

Par l’utilisation du Jeûne intermittent, de la nutrigénétique, de la supplémentation, du neurohacking et de la méditation, les biohackers parviennent à décorréler leur age biologique de leur age chronologique et à ralentir le vieillissement.

Le Biohacking n’est pas la fontaine de jouvence mais les techniques utilisées offrent la possibilité à votre organisme de se regénérer plus rapidement et donc, de rester jeune.

Energie et concentration

Le Biohacking est un outil exceptionnel pour restaurer votre énergie originelle, celle qui devrait animer n’importe quel être humain dès le réveil. En misant sur l’optimisation des rythmes circadiens, l’exposition à la lumière solaire, l’amélioration du sommeil et de la récupération, l’exercice physique, le froid ou la nutrition, le Biohacking booste votre système hormonal et endocrinien, stimule la neurogénèse et active la production d’adrénaline et de cortisol aux moments où vous en avez le plus besoin. Vous êtes en pleine forme.

Masse musculaire, force et puissance

Le Biohacking n’a rien a voir avec du bodybuilding. Il vous pousse à utiliser la gravité, le mouvement naturel et les poids (de corps ou libres) pour restaurer force et mobilité physiologique. Il vous permet de développer vos performances physiques, d’augmenter votre masse musculaire et limitant drastiquement les risques de blessures en s’appuyant d’une part sur les règles essentielles de la biomécanique humaine, d’autre part sur un concept développé par Tim Ferris : celui de la dose minimale effective (ou MED / Minimal Effective Dose). Vous en faite le minimum pur un résultat maximum. Sur cette base, le Biohacking utilise des séquences d’entraînement simples mais complètes comme le push-pull-leg ou le HIIT pour améliorer votre santé générale très rapidement et très efficacement.

Vous entrainez votre corps à être plus fort, plus solide et plus résistant, sans l’épuiser et en lui donnant les moyens de sa récupération. Simplement en sortant de votre zone de confort ponctuellement.

Les 7 pilliers du Biohacking

1. Nutrition et Nutrigenetique

La nutrition joue un rôle clé chez les biohackers. Afin d’optimiser leur santé, la première étape es5 t d’établir un plan nutritionnel adapté à sa physiologie, sa génétique son historique médical et ses objectifs. Le Biohacking utilise une alimentation plutôt ancestrale sur laquelle s’est forgée notre physiologie actuelle. Elle est plutôt faibles en glucides de manière générale et riche en protéines. Peu ou pas de céréales, pas de sucre, pas de produits transformés… c’est une nutrition brute et complète.

Les biohackers se complémentent en différents produits, généralement en carence dans notre alimentation moderne : Glycine, Collagène, Magnesium, Potassium, Omega-3, Vitamine D…

2. Jeûne intermittent

La plupart des Biohackers utilisent le jeûne intermittent pour durablement leur santé et leur longévité. Généralement sous la forme d’un jeûne quotidien de 16h à 20h, optimisé par du café par-balles et du thé vert. Ils suivent par ailleurs un protocole de 72 de jeûne 2 à 3 fois par an.

Le Biohacking s’appuie sur les capacités anti-inflamatoires, anti-oxydantes et regénérante du jeûne (AMPK) pour développer leur corps et leur cerveau.

3. Exercice physique

En utilisant le principe de la Dose Minimum Effective (DME ou MED) les Biohackers stimulent la réponse métabolique pour augmenter la résistance de leur corps aux maladies et développer l’ensemble des chaînes musculaires.

2 grands principes sont utilisés :

  • Le lever de poids stimulant la totalité du corps (Deadlift, Rowing, Squat, KB Swing, Press, Lunge, Tractions à la barre…)
  • Le HIIT ou le HIRT, généralement au format Tabata

4. L’exposition au froid et au chaud

Pour mobiliser les graisses brunes et stimuler le système endocrinien et immunitaire, les biohackers utilisent les douches froides, bains glacés et sauna, généralement pendant 3 minutes.

5. La respiration

L’un des plus grand biohacker du moment se nomme Wim Hof. Il a développé une méthode de respiration particulièrement efficace, inspirée du Toumo Tibétain.

Elle consiste en une hyperventilation contrôlée sur des cycles de 2 minutes suivi d’une rétention de la respiration poumons vides puis d’une rétention poumons pleins.

Cette méthode, pratiquée 1 à 2 fois par semaine, généralement avant un bain froid, est d’une efficacité redoutable pour augmenter votre santé métabolique.

6. La lumière, le sommeil et la vision

Les biohackers le savent bien. L’exposition continue aux écrans et en particulier à la lumière bleue perturbe les rythmes circadiens et le sommeil.

Il utilisent des bloqueurs de lumière bleue, dès la nuit tombée et devant les écrans et s’exposent le plus possible à la lumière du jour, notamment entre midi et deux.

Ils stimulent également tout au long de la journée, leur vision de loin (en regandant l’horizon par exemple).

7. Méditation et journaling

La méditation, souvent de pleine conscience ou transcendantale, est une pratique courant en Biohacking. Elle permet de rester focus sur l’instant présent, de contrôler son environnement immédiat et de calmer son esprit.

La méditation a par ailleurs la capacité de regénérer certains cellules de notre corps, en particulier nerveuses, osseuses, endocriniennes et sanguines.

Le journaling est également une pratique destinée à améliorer le mental et est très pratiqué par les biohackers.

Pour conclure

La Biohacking, sous un nom un peu barbare, n’est plus ni moins que l’utilisation de pratiques ancestrales, ayant soutenues notre évolution et notre mode de vie depuis toujours. Ces pratiques se sont perdues avec l’émergence du confort moderne et de modes de vie pour lesquels nous sommes parfaitement inadaptés.

Il est donc essentiel de s’approprier les techniques de Biohacking pour donner une base solide à votre métabolisme. Ce n’est ni compliqué, ni dangereux. IL suffit simplement de s’en donner les moyens, comme toujours.

Alors, qu’attendez-vous pour vous lancer ?