L’élevage au secours de la désertification et du réchauffement climatique

Allan Savory est un biologiste et écologiste zimbabwéen qui a mené de nombreuses recherches pour lutter contre la désertification.

Après avoir passé sa vie à étudier les raisons de la désertification du monde et avoir commis l’impardonnable, il à découvert, au travers de travaux et d’expérimentations en Afrique et dans d’autres pays, que la gestion holistique de large troupeaux d’animaux en plein air et nourris à l’herbe, était la seule option viable permettant de régénérer la flore sur des terres arides.

Dans cette formidable intervention à TED, il explique et argumentent simplement ses résultats de façon probante. 

Alors, en analysant son intervention et avec un peu de recul, on comprend aisément que notre mode d’agriculture intensive et l’augmentation des superficie des cultures industrielles n’est probablement pas la meilleure option pour lutter contre le réchauffement climatique. Son approche, mimant la nature, est basée sur la migration pastorale planifiée de grands troupeaux. Couplée à une gestion permaculturelle des espaces, celle-ci permettrait de nourrir les populations et les bêtes avec une alimentation plus satiétogène et nutritive que les céréales, particulièrement pro-inflammatoires et glucidiques.

La consommation d’animaux, élevés et abattus dans le respect de ces traditions millénaires, n’accélère pas le réchauffement climatique car le subtil équilibre entre les émissions