Les centenaires possèdent une sensibilité à l'insuline particulièrement élevée. Nos ancêtres ont conservé cette spécificité principalement grâce à leur régime alimentaire, à une époque où les glucides n'étaient pas la norme.