L’hiver, notre organisme est mis a rude épreuve. Trop habitué au confort moderne et une alimentation carentielle, notre corps devient plus sensible aux virus et pathogènes. Notre système immunitaire s’effondre. Nous tombons malade.

Et depuis le milieu du 20e siècle, le standard est de tomber malade 4 fois par hiver, d’avoir 10 à 12 rhumes par an et au moins 1 gastro-entérite chaque année.

NON, ce n’est pas normal.
Si ce « standard » pathologique était une norme physiologique, notre espèce n’aurait jamais pu survivre et évoluer, en particulier si votre génétique est originaire d’Europe du Nord.

De nombreuses études paléo-anthropologiques ont mis à jour que les peuplades de chasseurs-cueilleurs les plus exposées au froid et aux climats arides d’Europe de Nord et de l’est assumaient une santé robuste et une énergie continue tout au long de l’année. Les pathologies pulmonaires et ORL, si fréquentes de nos jours, ne semblaient toucher que les très jeunes enfants, et faisaient partie des principaux facteurs de mortalité infantiles, après les problème néo-nataux.

De la même façon, pourquoi seulement 7% des animaux sauvages ne souffrent de maladies chroniques alors que ces mêmes maladies touchent presque 70% des hommes ?

Encore une fois, les processus hormétiques sont directement impliqués.

L’exposition régulière à la lumière, au froid, aux bactéries aériennes, terrestres et alimentaires de son environnement quotidien, le fait de ne pas être exposé à des pathogènes exotiques et l’exercice physique ont pour avantage direct de contribuer à un microbiote fort, diversifié et adapté à votre cadre de vie.

Votre système immunitaire est entièrement connecté à votre microbiote et à votre système endocrinien.

Un microbiote déséquilibré contribue à une fragilité immunitaire. C’est également pour cette raison que vous êtes plus sensible aux pathogènes et aux virus lors d’un voyage à l’étranger. Votre microbiote n’est pas adapté.

De la même manière, un scandinave aura un organisme inadapté à un climat nord africain, en particulier s’il vit 8h par jour sous la climatisation. Sa peau, sa digestion, sa production hormonale, ses rythmes circadiens et son microbiote répondront activement à tout stimulus du système immunaire, le plus souvent par une réponse immune agressive.

Alors, est-il possible, de nos jours, de retrouver cet état de santé, cette énergie et cette résistance naturelle aux maladies hivernales ?

Le secret réside dans la mise en place de pratiques quotidiennes.

  • Limitez ou stoppez votre consommation de céréales, et en particulier de gluten. Il contribue en effet à une réponse inflammatoire chronique.
  • Une forte sensibilité au lactose ou à la caséine peut également entraîner une forte réponse immune intense.
  • Privilégiez le citron, le zinc, le gingembre, le curcuma, le piment et les légumes lacto-fermentés.
  • Supplémentez-vous avec le multivitamines ELITE, le complément le plus abouti et naturel au monde.
  • La surconsommation de glucides est également impliquée dans une faiblesse immunitaire. Si vous êtes originaire d’un pays de l’hémisphère nord, limitez drastiquement votre consommation de fruits l’hiver.
  • Vous avez besoin d’énergie pour stimuler votre organisme. Privilégiez les cétones au travers d’un régime low carb / cétogène bien mené. Une alimentation traditionnelle, à base de légumes et de produits animaux, limitée en céréales et sucre sera fortement bénéfique, en particulier si vous souffrez de problèmes ORL chroniques.
  • De la même façon, le jeûne intermittent offre une protection d’une redoutable efficacité contre les infections bactériennes (mais pas contre les virus).
  • L’exercice physique régulier (2 fois par semaine) et à haute intensité stimule drastiquement la croissance et le système immunitaire.
  • L’exposition au froid, via les douches ou bains glacés 3 à 4 fois par semaine, mobilise la graisse brune et entraine un mécanisme de défense via l’utilisation des graisses blanches en tant que source d’énergie primaire. Vous tremblez, vos muscles se contracte, votre système immunitaire répond à cette stimulation. Plus vous vous exposez au froid, moins votre corps sera sensible aux variations de températures. Pourquoi croyez-vous qu’un Irlandais souffre moins du froid qu’une personne originaire d’Afrique équatoriale ?
  • Exposez-vous au soleil. La synthèse de vitamine D est impliquée dans une bonne santé immunitaire.
  • Limitez le stress à tout prix. Méditez, soufflez, pratiquez la cohérence cardiaque…. Tout pour faire descendre le stress chronique.
  • Enfin, dormez davantage en hiver. Il n’est pas normal de stimuler son cerveau à la nuit tombée au travers d’écrans et de lumières aggressives. Votre système immunitaire est étroitement lié à vos rythmes circadiens. Si vous les perturbez, votre système immunitaire en pâti. Les journées étant plus courtes en hiver, couchez-vous plus tôt, ne regardez pas les écrans et utilisez des ampoules chaudes à luminosité faible, en particulier dans votre chambre.

Pour conclure, booster votre système immunitaire ne demande que quelques ajustements progressifs de vie.

A l’instar de nombreuses personnes suivant les conseils de Nutritik, vous serez surpris par les changements positifs sur votre santé, la disparition des rhumes et des maladies chroniques hivernales.

Lancez-vous dès maintenant en vous inscrivant au programme de santé ancestral : Nutritik Alpha !