Les effets du jeûne prolongé sur le cholestérol HDL

Cette étude de 2017 https://www.fasebj.org/doi/abs/10.1096/fasebj.31.1_supplement.786.30 a analysé les effets d’un jeûne prolongé (> 24h) sur les particules de cholestérol HDL.

Elle montre que celui-ci diminue le nombre de cytokines pro-inflammatoires d’une part mais également stimule le système immunitaire.

Mais le jeûne prolongé aurait aussi un impact sur les propriétés et l’activité des particules de cholestérol HDL, généralement très sensible aux régimes alimentaires, en supprimant la sécrétion de la cytokine TNF-α, généralement impliqué dans un grand nombre de processus inflammatoires .

[…] increases the ability of HDL to suppress TNF-α secretion from primary macrophage stimulated with pro-inflammatory citrullinated-fibrinogen immune complexes. […]

Il en est conclu que le jeûne prolongé aurait un effet anti-inflammatoire et cardioprotecteur via la régulation du transport des particules de cholestérol HDL.

Jeûner plus de 24h occasionnellement semble donc apporter des bénéfices importants sur la santé cardiaque et générale.

2020-01-06T10:32:11+01:0018 juillet 2019|Jeûne Intermittent|

Autophagie : L’essentiel à retenir pour mieux la comprendre

L’autophagie est un processus métabolique naturel de rééquilibrage cellulaire se déroulant tout au long de notre vie dans notre organisme.

Le terme d’autophagie regroupe plusieurs voies de dégradation des constituants cellulaires, essentielles à l’équilibre cellulaire.

Ce mécanisme permet à la cellule de digérer une partie de son contenu, que ce soit du cytoplasme, des protéines ou des organites cellulaires.
C’est par ailleurs la seule voie qui puisse dégrader massivement des macromolécules et des organites. L’autophagie est donc essentielle à la santé et son amplification et permettrait de prévenir certaines pathologies, parfois grave comme la stéatose hépatique ou le cancer.

Voici donc ce que vous devez retenir sur l’autophagie :

  1. Nous disposons de beaucoup d’études sur l’autophagie mais majoritairement sur le modèle animal. Beaucoup d’études appliquées à l’homme existent en revanche sur le jeûne intermittent.
  2. Il existe plusieurs formes d’autophagie:
    • La microautophagie,
    • L’autophagie réalisée par des protéines chaperonnes
    • La macroautophagie (la forme principale), celle généralement étudiée.
  3. Il s’agit d’un processus métabolique intervenant sur des tissus spécifiques du corps humain et non de façon globale.
  4. Le foie, les muscles, les neurones, le système immunitaires, le pancréas et les entérocytes du tube digestif sont les principaux tissus où elle intervient.
  5. Si vous avez
2020-01-06T10:32:11+01:0017 juillet 2019|Jeûne Intermittent|

Les causes de l’arthrose

L’arthrose est une pathologie inflammatoire dégénérative des articulations pouvant entraîner à minima une gêne ou une légère douleur, dans les cas sévères, une intense douleur et un handicap important.

La majorité des médecins pensent que l’arthrose est une maladie irréversible. Or, de récentes découvertes et protocoles ont mis en lumière certains mécanismes associés à l’arthrose et à la perte de cartilage pouvant envisager des traitements efficaces.

Pour autant, il est possible de prévenir l’arthrose en s’attaquant aux causes favorisant son apparition et son évolution.

Les principales en sont :

  • Une nutrition inflammatoire, acide et déminéralisante (riche en céréales par ex)
  • Une mauvaise hygiène de vie (cigarettes, alcool en excès, manque de lumière solaire….)
  • Le manque de mouvement ou de sport
  • A contrario, l’excès de sport est également un facteur important
  • Une mauvaise posture, généralement associé au port de chaussures à talon ou surélevées
  • Un accident ou une blessure
  • Certains médicaments, tels les AINS, entraînant une déminéralisation accrue
  • Une déficience en glycine
  • Le surpoids
  • Une pathologie (diabète, arthrite rhumatoïde par ex)

Ainsi, pour minimiser les risques, je vous suggère :

  • Une alimentation peu inflammatoire (faible en sucres et céréales) et riches en omega 3 et autres bonnes
2020-01-06T10:32:11+01:0016 juillet 2019|Jeûne Intermittent, Nutrition|

Un lien entre index glycémique, charge glycémique et dépression ?

La dépression verveuse est une pathologie extrêmement handicapante, demandant parfois la mise sous antidépresseurs. Déjà en 2013, le ministère de la santé estimait qu’entre 5 et 15 % de la population française seraient touchés par un épisode dépressif au cours de l’année, principalement en hiver.

Or, il se trouve que depuis plusieurs années, certains scientifiques auraient émis l’hypothèse qu’il existerait un lien entre la consommation excessive de glucides, principalement de sucre, et la dépression.

On sait aujourd’hui qu’il existe un lien avéré entre le manque de lumière et la dépression https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4011048/ https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2908269/ .

D’après cette récente meta-analyse, menée sur 101 389 participants, au sein de 6 études différentes et plus spécifiquement sur 85 500 participants dans 2 études de cohortes, la consommation d’aliments ayant un index glycémique élevé semble associée à une élévation du risque dépressif. Même chose sur les régimes ayant une charge glycémique globale élevée.

Même si ces résultats sont a prendre avec un peu de recul (car les résultats sont peu convaincants

2020-01-06T10:36:53+01:0010 juillet 2019|Nutrition|

Un lien entre probiotiques et diabète ?

Une meta-analyse de 2017 à trouvé que la supplémentation en probiotiques avait un effet positif sur les biomarqueurs du diabète de Type 2.

Cette supplémentation a notamment des effets marqués sur le dosage d’HbA1c (Hémoglobine glyquée) permettant de visualiser la concentration moyenne de glucose dans le sang sur une période donnée, généralement 2 mois. C’est un dosage important pour les diabétiques.

L’expérience montre également une bien meilleure sensibilité à l’insuline.

Cela renforce l’hypothèse que la consommation d’aliments probiotiques semble être favorable à la gestion de la glycémie et de la sensibilité à l’insuline, notamment dans un contexte de forte consommation d’aliments glucidiques.

Il est d’ailleurs notable que le vinaigre de cidre, reconnu pour ses effets probiotiques, l’est aussi pour sa capacité à freiner les montées de glycémie si consommé dilué dans un verre d’eau avant un repas riche en glucides.

On peut d’ailleurs également faire un autre rapprochement, celui de la forte consommation d’aliments probiotiques par les peuples ayant la meilleure longévité, notamment dans un contexte de régime riche en glucides (Okinawa et Ikaria notamment).

Pour rappel, voici quelques aliments ayant le plus fort potentiel probiotique pour votre système intestinal :

  • Les aliments lacto-fermentés en général
  • Le vinaigre
2020-01-06T10:36:53+01:0028 juin 2019|Nutrition|

Nutrition et santé cellulaire

L’importance des mitochondries

Nous sommes des machines à brûler de l’énergie grâce à de petites centrales énergétiques, présentes dans chacune de nos cellules: les fameuses mitochondries. Sans celles-ci, nous ne pourrions accomplir ce que l’homme accompli depuis 200 millions d’années. Sans celles-ci nous ne pourrions nous régénérer en dormant, lever un poids, marcher ou courir, lancer un objet ou imaginer des outils toujours plus perfectionnés.

Et sur quoi repose l’activité de ces centrales énergétiques selon vous ? Sur les apports en nutriments ou sur la restriction de ces apports. La nutrition est donc au coeur de votre énergie. 

Lorsque celle-ci est pauvre en nutriments, déséquilibrée, toxique, trop riche en glucides ou trop fréquente, vous générez des failles métaboliques ouvrant la porte à la fatigue, l’instabilité et la maladie. Et c’est un fait avéré aujourd’hui ; La majeure partie des maladies non génétiques ou liées aux effets secondaires de médicaments, sont de près ou de loin liées à la nutrition. 

Alors, vous me direz que, dans ce cadre, la nutrition doit s’appliquer au cas par cas, en fonction des besoins et de la situation de chacun et qu’il n’existe pas de programme

2019-11-21T15:24:14+01:0026 juin 2019|Nutrition|

Produits laitiers, diabète de T2 et risques cardio-vasculaires

Une nouvelle méta-analyse vient de sortir, destinée à analyser le lien potentiel entre les produits laitiers, le risque de diabète de Type 2 (T2D) et de pathologie cardio-vasculaire (CVD).

Cette étude à pris en compte les résultats de différentes études de cohortes randomisées, entre 2006 et 2016, auxquelles ont été appliqué un ratio de risque.

Le résultat à montré qu’il y avait une relation inverse à la consommation, même élevée de produits laitiers et le risque de T2D ou de CVD. En d’autres termes, il n’y a pas de lien directe entre ces pathologies et la consommation de produits laitiers, mais un effet protecteur.

Pour autant, je considère que la consommation élevée de produits laitiers n’est pas souhaitable car d’autres effets délétères lui ont été associée, en particulier du fait de son impact sur l’hormone IGF-1 et le développement éventuel de tumeurs localisées (prostate, seins….) ou sur son effet pro-inflammatoire et acidifiante.

En revanche, une consommation modérée à faible (0 à 2 portions / jour) de fromage, de préférence au lait cru de Brebis ou de Chèvre et issu d’élevages bios élevés à l’herbe possède des vertues nutritionnelles et des effets probiotiques inégalés. Prenez toutefois en compte le fait que

2020-01-06T10:36:53+01:0026 juin 2019|Nutrition|

L’élevage bovin ne contribue pas au réchauffement climatique

C’est ce que rappelle Frank Mitloehner, professeur en Sciences animales à l’UC Davis en Californie.

Il est généralement admis que le méthane produit par les vaches contribuerait indirectement au réchauffement climatique. Ce n’est pas totalement faux mais cela dépend de plusieurs facteurs (voir plus bas).

L’argumentation de Frank Mitloehner est intéressante et va totalement à l’encontre de cette croyance basée essentiellement sur la capacité, avérée, de réchauffement de l’air de ce gaz 28 fois plus importante que celle du CO2. Petit point d’éclaircissement.

S’il est vrai que le méthane réchauffe davantage que le CO2, la durée de vie du méthane est d’une dizaine d’années contre 1000 ans pour le CO2. Après ces 10 ans, le méthane est transformé en CO2 et rentre alors dans le cycle du carbone.

  1. Le CO2 est absorbé par les plantes et arbres et stocké dans le sol (via les déjections > pour le recyclage de l’azote, du calcium, du potassium et du magnésium)
  2. Il est transformé en cellulose dans les plantes
  3. Les plantes sont mangées par les vaches
  4. …qui produisent du méthane.
2020-01-06T10:36:53+01:0018 juin 2019|Nutrition|

The Human Longevity Project

Le 19 Juin 2019, le premier épisode d’un documentaire (en anglais) en 9 parties sera diffusé gratuitement.

Il s’agit du plus ambitieux projet destiné à mettre en lumière les secrets d’une longévité en bonne santé au travers des populations ayant les vies les plus longues de la planète.

Filmé sur 2 ans, dans plus de 50 lieux, dans 9 pays et sur 3 continents, ce film dévoilera les éléments clés d’un mode de vie exemplaire, d’une approche différente de l’environnement et de la physuiologie humaine pour vous permettre d’éviter les maladies chroniques, augmenter la durée de vie et freiner le vieillissement.

Vous y découvrirez des entrevues avec des scientifiques, des médecins, des praticiens de santé et des experts de la santé de premier plan. Les auteurs et réalisateurs ont examiné en détail les pratiques quotidiennes et les modes de vie de différentes personnes allant de la préconception à la gériatrie, avec un examen approfondi, scientifique et critique des résultats.

L’objectif de ce documentaire prometteur est de démontrer scientifiquement la recette d’une vie longue et en bonne santé. Rien que ça.

Je vous invite donc à vous inscrire dès maintenant : https://humanlongevityfilm.com/jun19-lp-a-2/?uu=1020f68655fbfd9d91e1c61384017a&a=210

 

2020-01-06T10:36:53+01:0013 juin 2019|Nutrition|

Vers un traitement révolutionnaire du glioblastome ?

Une formidable étude menée par Thomas Seyfried et son équipe vient de mettre en lumière, chez la souris, le potentiel fantastique du régime cétogène couplé à la restriction calorique et la diminution des niveaux de glutamine dans le traitement du glioblastome, l’un des cancers les plus agressif pour lequel peu de traitements se sont avérés efficaces.

Son efficacité repose sur un principe simple : La majorité des cancers trouvent leur énergie dans la fermentation. Le glucose est fermentable, les graisses non.

Pour autant, les graisses ont le faculté de stimuler la métabolisation du glucose et de la glutamine fermentés et donc de nourrir indirectement les cellules cancéreuses https://www.nature.com/articles/s42003-019-0455-x .

Le traitement proposé, reposant sur un régime cétogène stricte (2.1% des calories en glucides, 8.7% des calories en protéines, et 89.2% des calories en lipides), une restriction calorique modérée (jeûne intermittent) et la restriction glutaminique, apporte des résultats très convaincants sur la gestion de cette pathologie.

Source de l’étude : https://www.nature.com/articles/s42003-019-0455-x

 

2020-01-06T10:36:54+01:0011 juin 2019|Jeûne Intermittent, Nutrition|

10g de glycine par jour pour préserver et régénérer vos articulations

La glycine est un acide aminé. Avec un poids moléculaire de 75,07 g / mol, il s’agit du plus petit des 20 acides aminés utilisés par les cellules pour synthétiser des peptides, des polypeptides et des protéines. Il est dit non-essentiel (alors qu’il devrait l’être) car l’organisme peut le fabriquer à partir d’autres aliments ou procédés biochimiques.

Il est impliqué dans une multitude de processus métaboliques et semble constituer un élément clé de la longévité. On trouve la glycine majoritaire dans les produits animaux mais en particulier dans les morceaux les plus osseux des viandes (viande sur l’os), les bouillons d’os, les os à moelle et les articulations (pieds et oreilles de cochons…)

Afin de soulager ou réparer leurs tendons et articulations, les sportifs utilisent un complément alimentaire riche en glycine : Les peptides de collagènes.

10g de peptides de collagène apportent aujourd’hui différents acides aminés, dont la glycine:

Acides aminés 10G
Glycine 1850 mg
Proline 1040 mg
Hydroxyproline 1030 mg
A. Glutamique 1120 mg
Arginine 760 mg
Alanine 730 mg
A. Aspartique 590 mg
Lysine 310 mg
Sérine 310 mg
Leucine 260 mg
Valine 220 mg
Phénylalanine 190 mg
Thréonine 170 mg
Isoleucine 140 mg
Hydroxylysine 110 mg
Histidine 70 mg
Méthionine 50 mg
Tyrosine 50 mg
TOTAL 9 g

Acides aminés pour 10g de peptides de collagène

Il a longtemps été considéré que les peptides de collagène
2020-04-14T11:13:23+02:0011 juin 2019|Nutrition|